L’année solitaire – A. Oseman

Avant toute chose, sachez que ceci est un avis fortement personnel. J’ai écrit cet article à vif sans le relire, et il se peut fortement que mes mots soient forts. Il est possible que cela puissent heurter ceux qui ont aimé ce livre, ceux qui se sont apparentés à des éléments de cette histoire. Je suis vraiment désolée, mais je souhaite rester sincère sur mon ressenti. Il s’agit de ce que j’ai pu avoir comme sentiment pendant ma lecture. Il n’est même pas question d’objectivité ou autre pour le coup. Ce n’est donc même pas un avis de lecture, car rien n’est construit ou structuré, mais vraiment l’étalage de mon ressenti vis-à-vis de ce roman.

C’est l’histoire de… Tori. Michael. Becky. Lucas. Charlie. Et de l’année où tout a changé.
– Mais t’es qui, toi ?
Il se fige devant moi et annonce d’une voix caverneuse :
– Je m’appelle Michael Holden.
Michael Holden.
– Et toi, qui es-tu, Victoria Spring ?
Je ne trouve rien à répondre, parce que c’est précisément ce que je répondrais : rien. Je suis du néant. Du vide. Je ne suis rien.
Soudain, la voix du proviseur retentit et je me tourne vers le haut-parleur.
Quand le silence revient, je baisse le regard et la salle est vide. J’ouvre mon poing et dans ma main, il y a le Post-it SOLITAIRE.CO.UK. Je ne sais pas à quel moment il est passé de celle de Michael Holden à la mienne, mais c’est un fait.
Ça doit être là que tout a commencé.

512bocr-qopl._sx195_

Je ne sais pas du tout quoi dire de ce livre. Au départ, je voulais simplement mettre deux mots dessus en story, mais je sens que j’ai beaucoup plus à écrire. Déjà, il faut savoir que je n’ai pas lu le résumé avant de me lancer. Je trouvais la couverture très moche d’ailleurs et c’était juste pour l’autrice que je me le suis procurée. J’ai adoré Heartstopper et Alice Oseman est très en vogue. Et puisque tout le monde parle d’elle avec beaucoup de bien, j’ai voulu tester.

J’ai déjà lu Silence Radio et, apparemment, c’était un coup de cœur. J’ai l’impression que ce livre est son exact opposé. En relisant mon avis sur SR, c’est du moins ce qu’il me semble. Pour tout avouer, je ne me souviens tout de même pas vraiment de l’histoire, des personnages, ni même de ce coup de cœur. Je n’ai pas été marquée et ça, c’est quand même étrange.

Premièrement, je n’ai pas du tout aimé cette lecture. J’ai eu l’impression qu’on cherchait à enlever tout le bonheur du monde pour le rendre gris et terne. Vraiment, c’était un sentiment très angoissant. Il m’a pris aux tripes et j’avais cette angoisse permanente durant ma lecture. C’était limite si ça n’allait pas me rendre complètement déprimée. Horrible. Je déteste tout ce que j’ai pu ressentir pendant ma lecture.

Je n’ai rien compris aux thèmes abordés. Alors je l’avoue, j’ai vraiment survolé ma lecture à partir d’un certain moment pour m’en débarrasser, et j’ai clairement supprimé le livre de mon répertoire ebook juste après. Je ne sais pas exactement vous dire ce dont on parle. J’ai trouvé la trame très brouillonne, on ne sait pas vers quoi on se dirige. On ne sait pas de quoi on parle, ni quelle doit être l’évolution des personnages.

Il y a comme une sorte de drame permanent, partout, et pas une seule touche d’humour ou de légèreté. J’ai lu beaucoup de romances avec des personnages très torturés, avec des passifs très difficiles et des évènements compliqués et sombres. Mais on avait de l’espoir, de l’amour, des passages plein d’humour ou de tendresse. Ici, ce n’est pas une romance et je n’ai rien trouvé d’apaisant.

J’ai encore cette boule au ventre qui m’a coupé l’appétit alors que j’ai faim depuis que je me suis levée à 8h ce matin. Je n’ai pas compris l’évolution des personnages, ni ce vers quoi on devait aller. J’ai été totalement étrangère à cette histoire, je n’ai pas été happée une seule fois. Le PP ne me correspond pas. Elle est mon exacte opposée sur tous les points. Je ne pouvais pas avoir d’identification à cette histoire. J’ai levé les yeux au ciel un nombre incalculable de fois. Le PP se prend la tête H24 pour des questions pseudo-existentielles et ça devient lourd et pénible. J’ai détesté cette façon de voir les choses.

Franchement, je ne sais même pas quoi vous dire à propos de ce livre. Je n’ai pas d’avis, en fait, car je n’ai rien compris. Je l’ai trouvé très rempli de superflu et très vide dans son contexte et dans le message à faire passer, dans l’évolution de la trame etc… Aucun des personnages ne m’a semblé concret ou réel. Tout était trop fictif et trop irréaliste pour coller à la réalité. Pourtant, ils ont des caractéristiques qui existent. Des troubles qui ne peuvent pas être minimisés et qui sont peu vus pour certains dans la littérature. Je n’ai pas du tout accroché à la façon dont ils sont présentés, cependant. Ils paraissent « trop » et donc surréels, en tout cas à mes yeux.

Je ne doute pas du fait que je sois complètement passée à côté. Comme je vous l’ai dit, je n’ai rien compris. J’ai zieuté sur internet les thèmes qui doivent être principaux dans ce roman et on a la dépression, le mal-être, la maladie, les troubles psychologiques etc.. rien d’encourageant, en somme. Je ne connais pas suffisamment la dépression pour pouvoir en parler mais, pour les autres sujets, j’ai eu l’occasion de travailler dessus dans le cadre de mes études et pour ma future spécialité de comportement et psychiatrie et … je trouve que c’est mal mené. C’est maladroit et au final, ça m’a juste mis dans le mal. J’aime finir un livre le sourire aux lèvres, j’aime rire et imaginer les choses. Là, même mon imaginaire n’a pas fonctionné. Je n’avais aucune image en tête. J’étais juste vide, comme les personnages qui sont remplis de pensées sombres et pas du tout concrètes.

Je suis vraiment désolée si vous avez aimé ce livre, si vous vous êtes identifiés à quelqu’un dedans. Mes mots sont peut-être très durs à lire, du coup. Ce livre n’était vraiment pas pour moi et j’ai hâte de l’oublier. J’ai besoin de quelque chose de léger, de drôle, de gai et de coloré. Tout l’inverse de cette histoire, en somme.

 

4 réflexions au sujet de “L’année solitaire – A. Oseman”

  1. J’avais acheté ce livre et l’ai revendu sans même y toucher, il paraissait tellement sombre et je ne voulais pas m’infliger ça, puisque le sujet de la dépression me touche. J’ai bien fait je pense. Je crois que c’était son premier roman mais c’est quand même dingue une telle différence avec le reste.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s