Les oubliés de la grand-place – C. Orain

Ce one shot est sorti le 02 décembre chez MxM Bookmark que je remercie pour l’envoi.

Résumé : Ce n’est pas facile d’avoir des enfants, mais je crois que les adultes ne se rendent pas compte… Ce n’est pas facile non plus d’avoir des parents. À l’aube de ses vingt-trois ans, Lucky se retrouve sans domicile. Jeté à la rue par son propre père, il doit apprendre à survivre tout seul. Répondre à ses besoins les plus rudimentaires devient alors un défi de tous les jours. Mais contre mauvaise fortune, il trouvera fort heureusement bons cœurs. Entre Ludo, le quinquagénaire aux allures de vieux sage, et Kari, la maman poule, une seconde famille lui ouvre les bras. Une seconde famille et peut-être plus encore…

TW (surligner) : maladie, décès, ‘psychophobie’, violence.

Le roman nous offre les points de vue de Lucky et de Nicolas, deux hommes qui vivent dans la rue et qui fréquentent le même groupe. C’était vraiment sympa de pouvoir les découvrir tous les deux, et connaître leur passé, leurs réflexions. J’ai eu du mal avec Nico au départ, même si j’ai fini par l’apprécier par la suite.

Chaque personnage a une histoire, un passé et j’ai apprécié qu’on développe, qu’on en parle avec du détail. Tout est construit et réfléchi et le fait que toutes les histoires soient différentes rend la chose plus crédible et réaliste. Bien sûr, on s’attache davantage à chaque tête qui apparaît ici, on essaie de comprendre, de se mettre à leur place, sans réellement le pouvoir. Cela m’a personnellement fait me questionner sur ma propre vision des choses et sur la façon dont il est possible d’aider.

J’ai également aimé l’idée que l’on aille vers le positif malgré un élément que je n’avais pas du tout prévu et qui a bouleversé les choses. Je me suis attachée aux personnages et je suis ravie d’une telle fin, même si je la trouve du coup peu crédible vis à vis de la dure réalité des choses. Seulement, un peu de positif ne fait pas de mal et je trouve donc que c’est agréable de finir l’histoire ainsi. C’est comme ça qu’on voudrait qu’elle se termine pour toutes les personnes qui n’ont malheureusement pas un toit pour eux.

L’histoire en elle-même est très touchante, au-delà d’ailleurs de la romance qui s’installe. Elle prend son temps et n’a rien de fleur bleue. C’est un peu du ennemies to lovers et perso j’adooore héhé ! Leur relation commence à naître par un moment un peu singulier, qui a su me surprendre et que je n’attendais pas dans cette histoire. Malgré tout j’ai trouvé cette entrée en matière intéressante, qui permettait une évolution réelle.

L’insécurité, la faim, le froid, la saleté… on ressent tout ça au cours de l’histoire. La vie dans la rue est explicite et n’a rien de glamour. Cela m’a personnellement mis mal à l’aise pour les personnages, de savoir que des gens vivent cela tous les jours et que cela n’a rien d’une fiction. Cela m’a rendu triste et je me suis demandée ce que je pouvais faire pour ces personnes. Le message passe et je pense que les lecteurs s’interrogent aussi grâce à ce genre d’histoire, pour tenter d’être meilleur et d’offrir un peu de chaleur ou d’humanité à ceux dans le besoin.

En bref, j’ai trouvé l’histoire bien construite et intéressante. La plume est sympa et ça lit rapidement. J’ai beaucoup aimé cette découverte et je vous conseille cette histoire si vous voulez ressentir tout plein d’émotions !

2 réflexions au sujet de “Les oubliés de la grand-place – C. Orain”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s