Evolution – N.R. Walker

Ce one shot sera disponible le 14 juillet en édition ebook. La version papier arrivera plus tard. Un grand merci aux éditions Bookmark pour l’envoi de ce roman.

Résumé : En 2068, les androïdes font partie intégrante de la vie quotidienne. Big Brother ne surveille plus depuis l’ombre, il se trouve dans tous les foyers. Lloyd Salter a des troubles obsessionnels compulsifs et il se sent très mal à l’aise avec les autres êtres humains. Quand son ex lui affirme que la seule chose capable de lui correspondre serait un androïde, il ne l’écoute que d’une oreille. Pourtant, deux ans plus tard, Lloyd admet qu’il avait peut-être raison. SATinc, le plus grand fabricant d’androïdes en Australie, a inventé l’Unité Entièrement Compatible, également appelée Classe A 10. Sa dernière création est d’ailleurs l’androïde plus connu sous le nom de SHAUN. Shaun répond à tous les besoins de Lloyd, aussi bien physiquement qu’intellectuellement. Mais Lloyd réalise rapidement que Shaun n’est pas comme les autres : il apprend, il s’adapte. Personne ne doit savoir à quel point Shaun est spécial. Personne ne doit savoir qu’il a évolué.

En me lançant dans ma lecture, je ne m’attendais pas du tout à ce sur quoi je suis tombée. L’âge du personnage principal m’a surprise, car je pensais sincèrement qu’il avait entre 20 et 30 ans et non 41. J’ai toujours énormément de mal à visualiser des personnages un peu plus âgés quand ils sont principaux et qu’ils ne sont pas juste les parents du PP. Un manque d’habitude et d’aisance sans doute, mais j’avoue largement préférer quand les personnages sont en rapport d’âge avec moi. De plus, Lloyd est vraiment particulier. Il a quand même clairement fait commander un robot sur-mesure pour que celui-ci soit le parfait petit ami. Bon, en soit, c’est l’idée du roman, et perso j’étais plutôt bien fan. J’aime beaucoup quand l’histoire se passe dans le futur et combine la SF.

Ici, on a donc différentes classes de robots et Shaun est un « Classe A » ce qui signifie qu’il est réellement plus intelligent et inné que les autres, pas uniquement programmé pour des tâches spécifiques. Clairement, on n’a presque pas l’impression que Shaun est un robot pendant la majeure partie de l’histoire. Et d’un point de vue de lecteur, on peut facilement s’attacher à lui. Mais voilà, une réelle histoire d’amour entre un robot et un humain, c’est plutôt étrange. Je veux dire, c’est quand même triste pour Lloyd de finir in love de quelque chose qui n’est pas vivant et qui a été créé uniquement dans le but de lui plaire et de satisfaire tous ses désirs, surtout les plus intimes.

Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais je me suis sentie plutôt gênée dès le début de l’histoire. Le roman est très axé sur le sexe à un moment donné et ça m’a plutôt mise mal à l’aise (alors d’accord, c’est un robot fait pour le plaisir, donc ok, mais quand même). Aussi, je me suis concentrée sur le reste de l’histoire, m’imaginant presque des intrigues qui ne sont évidemment pas venues. Mais… on a une petite histoire de suspens, suffisamment légère pour être capable de la voir venir et de l’anticiper. C’était cool, ça changeait un peu de la romance et ça donnait du peps. Le livre se lit très vite et cette péripétie très axée sur la programmation et la SF était vraiment intéressante.

Toutefois, la conclusion de cette histoire, qui est un one shot, me laisse pantoise. Les sentiments de Lloyd me bloquent un peu. Shaun reste un robot, une programmation, aussi bien et aussi humaine soit-elle (car oui, l’évolution de Shaun le rend vraiment presque humain). Et finalement, que Lloyd soit autant attaché à son robot, c’est triste. Il ne semble pas avoir beaucoup d’amis humains, n’a pas eu l’air de s’entendre avec les gens… et au final il doit avoir une vie réellement solitaire. C’est cela que je retiens plus que le reste, plus que la romance que je n’arrive pas à voir comme telle.

Je suis donc assez dubitative face à ma lecture, je ne sais pas trop ce que je dois en retenir.

4 réflexions au sujet de “Evolution – N.R. Walker”

  1. Je comprends que tu sois restée assez gênée face à cette romance. Le roman n’essaye-t-il pas justement de provoquer ce sentiment ? De montrer que par la solitude (apparemment) extrême du personnage de par l’évolution de la société, des cultures, celui-ci ressent finalement plus d’affinités avec un être artificiel qu’avec un de sa propre espèce ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bah écoute je ne crois pas… En tout cas, quand j’ai un peu cherché dans les avis et les itw rien n’a été dit à ce sujet, en dehors des avis négatifs qui disaient avoir été gênés aussi. Donc bonne question, mais je n’ai finalement pas l’impression que le malaise ressenti soit recherché

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s