Lorsque nous étions morts – M. Guibé

Hey hey hey ! J’ai terminé hier ce petit livre de moins de 300 pages et clairement, je suis déçue. Je m’attendais à vraiment beaucoup mieux.

Lassé de l’existence et de la société, Lord Josiah Scarcewillow se complaît dans un quotidien vampirique où les meurtres sont devenus banals. Pourtant, sa rencontre inattendue avec Abigale va le pousser à reconsidérer sa condition de non-mort et ravive sa curiosité envers le vivant. Son âme réanimée, sa nature monstrueuse n’en est pas pour autant altérée ; il est prêt à tout pour retrouver cette jeune fille que l’éternité ne saurait effacer. À tout, même à une pluie de cadavres.

70351

On nous vend le vampire Josiah un peu comme un Dracula sanguinaire, comme les vampires de « l’ancienne littérature ». Pour autant, s’il ne brille pas au soleil, Josiah a malgré tout une bague à la Vampire Diarie pour sortir en plein jour. De plus, s’il se laisse aller à sa condition de vampire, Josiah semble malgré tout parfois nostalgique de son existence humaine. Néanmoins, comme toujours, une romance vient lui faire changer de point de vue, et Josiah va tout faire pour garder Abigale à ses côtés pour toujours.

L’écriture m’a beaucoup dérangée. Je veux bien que l’histoire se passe deux siècles plus tôt, que les dialogues soient donc dans un discours plus soutenu … mais j’ai été très dérangée par ce manque de naturel et de fluidité, autant dans les paroles que dans les pensées en point de vue interne. On mélangeait parfois des termes récents, qui contrastaient beaucoup avec le reste. Je n’ai pas du tout accroché au style, que j’avais préféré dans Ashes falling for the sky. 

Gros problème avec le rythme aussi. Le livre est divisé en quatre parties, et j’avais parfois l’impression de me trouver dans une pièce de théâtre avec différentes scènes. J’ai eu également des difficultés à situer l’action. En quelle année, quel siècle, étions-nous ? Les choses se passaient trop vite et les dénouements me paraissaient trop simples. Pour moi, il ne s’est rien passé de marquant. Je me suis clairement ennuyée.

Les personnages n’étaient finalement pas suffisamment creusés pour que je puisse m’attacher. Josiah se plaint continuellement, cherche à retrouver Abigale, mais le résumé est menteur, trompeur. Je n’ai pas vu tant de sang que ça. Seulement une romance peu attachante, d’un vampire pour une femme pseudo-morte et il ne passe pas à autre chose. C’est obsessionnel, c’est relou.

On nous parle aussi de fantôme, de sorcières (vite fait, c’est pas vraiment de la magie ou de trucs dans le genre), de chasseurs … mais tout reste abstrait, trop survolé. C’est dommage car il y avait moins de faire quelque chose d’assez sympa quand même … Mais bon. Visiblement c’est raté.

Bref, clairement, grosse déception. Je voulais absolument découvrir ce livre parce que je suis une immense fan des vampires. Seulement … je n’ai pas trouvé ce que j’espérais. Si vous avez donc des recommandations de lectures mettant en avant les vampires, n’hésitez pas.

Je peux malgré tout vous proposer quelques titres que j’ai pu lire : (du coup, si vous avez des recommandations, autre que ces livres, dites-moi TOUT !)
Twilight, évidemment, on a beau dire ce qu’on veut, ça reste un classique.
Journal d’un Vampire, qui propose une longue saga avec d’autres créatures.
Cathy’s Book, un peu plus mature.
La maison de la nuit, très très longue saga, plus mature et plus sombre.
Le pacte d’Emma, du YA presque NA, que je n’avais pas trop aimé mais qui reste dans le genre.
Vampires de Manhattan, plus jeune ado j’ai trouvé, mais ça reste sympa.
– & sans doute d’autres mais j’ai oublié.

 

1 réflexion au sujet de “Lorsque nous étions morts – M. Guibé”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s