Le contrat Dorian Gray – M. de Coster

En librairie depuis le 08 juin

Résumé : Morane a 17 ans et elle vit dans un monde où, à 20 ans, on est incité à signer le contrat Dorian Gray et à ne plus vieillir jusqu’à ses 70 ans. Dans cette société totalitaire, on vit donc jeune jusqu’à 70 ans, pour ensuite vieillir d’un seul coup et mourir en quelques minutes, tous et toutes au même âge. La mort est ainsi devenue pour beaucoup insupportable, puisqu’elle vous fauche en pleine santé.

Ce roman me faisait vraiment envie. En effet, on parle de dystopie, de science… le tout dans un one shot et écrit par une autrice française. Hélas, j’ai vraiment l’impression qu’on m’a survendu quelque chose qui ne correspond pas du tout aux attentes qu’on peut avoir. Alors attention, cet avis est très négatif et je vais vous expliquer dans les paragraphes suivants pourquoi ce roman est une gigantesque déception pour moi (et pour plusieurs lecteurs avec qui j’ai pu d’ores et déjà en discuter).

Il faut savoir que le livre est vraiment petit : 250 pages d’histoire pour un monde dont on ne sait rien. C’est trop peu pour pouvoir s’immerger complètement dans l’univers. De plus, on manque cruellement de détails. Il y a bien les petits textes de lois au début des chapitres qui nous aident un peu à nous situer, mais rien d’autre ne va venir enrichir l’univers. Qu’en est-il du climat ? Des populations ? Du monde en lui-même ? Quels sont les métiers en vogue, ceux qui sont inutiles, nouveaux ? Où en est la technologie, la science ? Comment avons-nous réussi à créer une jeunesse de cinquante ans ? Comment fonctionne le gouvernement ? Autant de questions pour lesquelles je reste sans réponse.

Je me suis donc dit qu’à défaut d’avoir un univers enrichi, nous aurions droit à des personnages approfondis… nouvelle erreur. Ils sont fades, insipides et complètement stupides. Les dialogues sonnent extrêmement faux, Morane fait confiance à Emrys à la seconde où elle fait sa connaissance… très peu crédible. De même que leur relation, qui me parait tel un cheveu sur la soupe : elle n’a pas sa place ici parce qu’elle n’est pas développée correctement. Personne ne tombe amoureux en un claquement de doigt, personne ne va embarquer un inconnu dans une fuite sans rien savoir de lui. Morane semble avoir un besoin irrémédiable de Emrys sans même savoir qui elle est. Et, bien sûr, dès que cette dernière commence ses révélations, c’était évident. On s’en doutait depuis le départ, depuis la première page du bouquin. Aucune surprise, donc. Quant aux autres personnages, les dialogues sonnent toujours aussi faux, les relations semblent lunaires… bref rien ne va.

Venons-en également au rythme. Je m’attendais à quelque chose de rapide au vu du peu de pages, mais quand même… Tout va beaucoup trop vite et on arrive quand même à avoir de très longs moments de vide. Il ne se passe pour ainsi dire rien, on parle dans le vent et rien n’avance. Et ça n’aide même pas à susciter de l’intérêt ou des émotions. C’est plat. On voit tout venir, j’ai l’impression que tous les personnages ont la même mentalité, la même vision et la même façon de vivre. Ils ont des opinions divergentes mais ça ne fonctionne pas, on ne s’en aperçoit pas tellement.

Pour moi c’est une sacrée déception car j’imaginais vraiment quelque chose de creusé à fond les ballons, d’un univers béton qui ne donnent absolument pas envie d’y mettre un pied. Ici, rien d’effrayant. Après tout : où sont les autorités ? On manque ainsi cruellement de réalisme. A quel moment quelqu’un s’est dit qu’une fille – qui n’a pas le droit théoriquement d’ouvrir la porte – décide de partir en fuite avec une inconnue pour chercher son père ? Surtout qu’elle n’a l’air d’éprouver aucune émotion quant à son départ/son absence. Déjà là, ça partait mal, et le reste n’a vraiment pas amélioré les choses.

J’ai vraiment l’impression d’avoir perdu mon temps avec cette lecture, que j’ai d’ailleurs fini par survoler. Ce n’est certainement pas un roman Young Adult, ça manque beaucoup trop de questionnement et de détails pour cela. A la limite, peut-être davantage un roman ado, pour quelqu’un qui voudrait s’essayer à la dystopie sans devoir plonger directement dans des mondes très détaillés. Mais honnêtement, je n’en suis même pas certaine.

Vous l’aurez compris, je suis très très déçue de ce roman et je me demande vraiment comment les éditeurs ont pu valider un texte aussi appauvri. Il était pourtant facile de pouvoir ajouter 100-200 pages rien que pour faire fructifier l’univers et apporter du crédit et du caractère aux personnages. Visiblement ça passait comme ça… et c’est dommage.

1 réflexion au sujet de “Le contrat Dorian Gray – M. de Coster”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s