Le cercle des veilleurs – S. Andrès

Résumé : Londres 1899. Grâce à un énigmatique message, Oscar, 12 ans, et sa petite soeur, Livie, partent à la recherche de leurs parents disparus. Mais en voulant jouer les explorateurs, ils se trouvent projetés à Londonium. Dans cette ville extraordinaire, où les fantômes du temps peuvent être envahissants, l’électricité est une arme et la lumière permet de créer des illusions fantastiques…

Ce livre est paru le 10 mars chez Gallimard Jeunesse. C’est le premier tome d’une saga.

Se rapprochant du style steampunk, ce roman parle de savants qui voyagent dans le temps et surtout entre des mondes parallèles, grâce à un certain élément chimique et grâce à l’électricité. Un mélange donc de science-fiction et de fantastique.

Ce n’est pas tellement mon genre de prédilection. J’aime la SF pure et la fantasy, mais le mélange donne parfois des étrangetés. Le steampunk, pour l’avoir testé plusieurs fois, n’a jamais réussi à me satisfaire totalement, et c’est le cas aujourd’hui encore avec ce roman.

Sur la couverture, on nous indique que le livre peut se lire à partir de dix ans. C’est un roman de presque 400 pages, avec quelques passages languissants et des explications parfois un peu complexes. L’univers est dense et je trouve qu’il faut quand même être un minimum concentré sur sa lecture pour tout bien saisir. On nous épargne certains détails, mais il y a de quoi faire frissonner les plus sensibles ou les plus jeunes à l’imagination débordante.

Nous suivons ici Oscar, 12 ans, qui embarque avec lui sa petite sœur Livie, 5 ans, et Mercy, une fille d’environ l’âge d’Oscar qui vit elle aussi dans la même pension. On a un cadre plutôt classique, mais l’arrivée de l’intrigue se fait rapidement et de façon logique. Oscar est un personnage intéressant, mais qui semble faire plus que son âge de par ses réflexions et son mode de fonctionnement.

J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires, adultes, auxquels j’ai pu davantage m’identifier. L’intrigue emprunte plusieurs pistes, pas toujours linéaires, et c’est ce qui ajoute à la richesse du texte. L’univers est loin d’être tout rose, au contraire, on est davantage dans un contexte sombre, parfois un peu effrayant, mais qui pourra ainsi plaire à un large panel de lecteurs.

Un roman qui saura donc captiver les lecteurs habitués ou ceux attirés par le genre, qui plaira à un public généraliste. L’autrice montre une vraie maîtrise de son univers et propose une plume agréable et délicate.

1 réflexion au sujet de “Le cercle des veilleurs – S. Andrès”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s