Darius Gore – C. Mazarguil

Sortie le 03 février chez Slalom. C’est un one shot écrit par un auteur français.

Résumé : Bienvenue en Enfer ! Darius Gore est un ado de 195 ans qui vit à Pandémonium, la capitale de l’Enfer. Héritier d’une grande famille de démons, il ne se sent pourtant pas à sa place… Il n’apprécie pas les combats à mort entre deux cours, ne s’amuse plus aux matchs de headball, rase les murs dans la rue pour éviter toute confrontation. Alors qu’il essaie de se faire oublier, il assiste au coup d’État de Croatoan, le Grand Prêtre de la Faucheuse. Témoin gênant, Darius va devoir fuir s’il tient à ses trois cœurs. Mais où se cacher quand les neuf cercles de l’Enfer obéissent à la plus puissante des créatures démoniaques ? Une seule solution s’offre au jeune fugitif : la Terre !

Les courts chapitres rythment le roman dès les premières pages. On va suivre Darius dans un premier temps, dans une sorte de flou car l’intrigue est un peu longue à venir. On se perd un peu dans son quotidien, dans ses interrogations qui ne sont parfois pas très claires. Il en est de même pour ses relations et pour le composant de chaque personnage. J’ai donc eu du mal à entrer dans l’histoire, malgré un humour bien présent.

Il y a des clins d’œil partout, c’est bien écrit et le fait que les chapitres soient courts aide beaucoup à avancer. Pour autant, j’ai trouvé qu’on manquait un peu de pep’s et de clarté dès le départ, ce qui peut facilement perdre le lecteur ou le décourager. Mon souci a surtout été que je n’ai pas lu le livre d’un coup. Je l’ai souvent reposé et je pense que ça n’a clairement pas aider à donner du dynamisme à l’histoire.

L’intrigue en elle-même est intéressante et j’aime le fait que l’on propose plusieurs épilogues à la fin, ainsi que les petits dessins qui aident à se situer (enfer, terre ou paradis) au-dessus du numéro des chapitres. Le roman est assez court et on peut rapidement le terminer une fois qu’on est dans l’histoire.

L’idée dans son ensemble est sympa, mais on a quelques longueurs et des maladresses qui ont su altérer ma rapidité de lecture. Le schéma reste original à mes yeux, malgré des raccourcis relativement prévisibles. Cela dit, une fois plongé dans l’intrigue en tant que telle, ça se passe bien mieux et les connexions se font enfin.

Je suis donc un peu mitigée par cette lecture. Peut-être parce que l’histoire a mis trop longtemps à se mettre en place sur un si court roman. Peut-être parce que je ne comprenais pas tout au départ. Peut-être aussi parce que l’originalité du scénario m’a fait espérer de trop. En tout cas, la couverture est sympa et je pense que le roman saura trouver son public : des ado un peu plus enjoués, qui ont besoin d’humour et de pics pour s’ancrer dans une lecture. Je pense aussi qu’ils pourront davantage s’identifier à Darius.

Publicité

1 réflexion au sujet de “Darius Gore – C. Mazarguil”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s