The last one to die – C. Murphy

Date de sortie : 16 septembre 2021 chez Slalom (un grand merci pour l’envoi !)
Nombre de pages : Un peu moins de 300. One Shot.

Résumé : Elle pensait vivre le meilleur été de sa vie… ce sera peut-être le dernier. Niamh, 17 ans, a travaillé comme une dingue pour pouvoir se payer des cours d’été dans la plus grande école d’art dramatique de Londres. Elle s’imagine découvrir une ville accueillante mais se heurte à une ambiance glaçante : de nombreuses jeunes filles, dont ses nouvelles amies, se font violemment agresser. Toutes ont le même profil, celui de Niamh… qui va se retrouver au cœur du plus effrayant des films d’horreur !

C’est un roman qui se lit vraiment, vraiment vite. Il est court, et le rythme au début de l’histoire est très rapide. Les évènements s’enchaînent, mais la cadence finit par s’essouffler un peu et redevient plus calme petit à petit. On veut toutefois toujours comprendre, toujours savoir et c’est pourquoi il est impossible de lâcher le roman.

Niamh est un perso difficile à cerner. Ses craintes ne sont pas véridiques, comme superficielles, alors que la situation exigerait une peur bien plus intense. Sa passion pour le théâtre est difficile à palper, parce qu’on en parle comme ci comme ça. Ses cours ne sont presque pas abordés, et j’ai eu l’impression que des scènes s’enchaînaient sans forcément de cohérence avec le personnage qu’incarne Niamh. Toutefois, ça ne m’a pas vraiment dérangé, car je suivais l’histoire principalement pour les mythes (bien réels) qui sont mis en scène. En faisant quelques recherches sur internet, j’ai pu me renseigner à ce sujet et apprécier l’histoire un peu plus encore. L’autrice apporte toutefois sa petite touche personnelle.

Les descriptions et l’ambiance victorienne sont parfaites pour l’automne et pour un roman frisson pour Halloween. Les costumes, les lieux, tout est bien mené, bien ajusté. Même les réactions des personnages secondaires, puisqu’on finit par douter de tout le monde. C’est prenant. Il y a bien quelques petites choses bizarres, du coup, qu’on n’arrive pas à trop cerner, comme par exemple la quasi absence de la police, ou d’autres éléments qui sont amenés à la fin du récit et qui sont anecdotiques (et dont je n’ai pas perçu la réelle utilité).

Parlons de la fin, d’ailleurs. Elle est bonne, elle termine bien l’histoire, on ne reste pas avec des questions en tête. Pour autant, le côté mystique, surnaturel, aurait mérité qu’on s’y attarde un peu plus. Il est préparé tout au long du roman, mais c’est à la fin qu’il prend tout son sens. Et encore, je pense qu’on aurait pu creuser un petit peu plus. Je suis restée légèrement sur ma faim de ce côté là.

De plus, le roman commence par un interrogatoire de police, qui met clairement bien les choses en scène, qui nous fait entrer dans l’action immédiatement. Et on comprend mieux le choix quand on se renseigne sur le mythe principal. Mais c’est vrai qu’on ne retrouve pas, par la suite, ce format interrogatoire, pour garder uniquement une histoire romancée. Cela m’a donc un peu étonnée aussi. Enfin, il y a pas mal d’incohérences, que l’on perçoit une fois qu’on termine notre lecture. Les cours de théâtre de Niamh sont inexistants, de même que le rôle qu’elle doit jouer : il n’a pas de consistance, pas de contexte. C’est étrange pour un rôle donné par une très grande école. D’autres détails, qui peuvent passer à la trappe si on n’y fait pas attention, sont également flous. Mais cela peut donner une impression de travail bâclé, ou brouillon, si l’on s’y attarde.

Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé l’ambiance géniale et l’histoire bien prenante. Elle n’est pas parfaite, vu tout ce que je viens de vous dire, mais elle fait son boulot et sera très très bien en tant que petite frayeur pour Halloween. Il faut vraiment se concentrer sur le mythe plus que sur le reste, mais je comprends que cela puisse être délicat à certains moments. Ça fonctionne très bien et je pense que des lecteurs un peu plus jeunes, ou qui ont moins l’habitude des thrillers horrifiques, seront comblés !

1 réflexion au sujet de “The last one to die – C. Murphy”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s