Je ne suis pas un monstre – T. Koëgel

Date de publication : le 25 août 2021 chez Didier Jeunesse (que je remercie grandement pour l’envoi).
Nombre de pages : Moins de 200. One Shot.

Résumé : Asha échoue sur une plage après un terrible naufrage. Au lieu de trouver la terre promise, la jeune migrante bascule dans un monde inquiétant, une forêt peuplée de créatures mythologiques. C’est le royaume de Circé, la magicienne qui transforme tout ce qui vit en monstre. Tourmentée par de redoutables épreuves, Asha parviendra-t-elle à garder son apparence humaine et à sortir de ce cauchemar ? Une héroïne lumineuse, au courage plus fort que tous les sortilèges.

Quand je me suis lancée dans ma lecture, je n’avais pas lu ce résumé. Du moins, je ne l’avais pas compris comme tel. Je pensais effectivement que le roman proposait un univers 100% mythologique. En vérité, il va bien au-delà de ça. C’est une histoire qui se lit vite car il y a peu de pages et parce que les chapitres sont courts et captivants. Le roman est divisé en 4 parties et le parallèle mythologie – réalité est très bien fait.

Asha est un personnage attachant, dotée d’une grande force. Elle a su m’étonner tout au long de l’histoire, se découvrant petit à petit et comprenant davantage ce qui fait son charme et ce qui va lui permettre de résister face à Circé. Et plus on avance, plus la frontière entre la réalité et le rêve devient fine. Il est facile de comprendre le parallèle qui est fait. Bien évidemment, je ne peux pas vous en parler avec moult détails parce que ça peut vous spoiler et cela gâcherait fortement la surprise.

Surprise, oui, car je l’ai totalement été face à ce roman. Je ne pensais pas du tout embarquer pour une telle aventure. Au-delà de la simple considération romanesque, c’est une véritable leçon qui est donnée ici, une prise de position pour l’humanité. Les mots sont beaux, délicats, il y a une vraie poésie qui se cache entre les lignes. Le ton est donné dès le départ mais devient plus fort à mesure que l’on s’approche de la fin. Une fin très positive, d’ailleurs, qui est absolument nécessaire face à ce dont on parle ici. cela nous laisse de quoi réfléchir une fois le roman refermé, notamment sur les conditions d’accueil, sur les positions politiques des pays, sur l’humanité qui perdure face à tout cela grâce aux habitants, grâce aux gens.

Au final, on ressort de là avec beaucoup d’émotions, des questions peut-être pour affronter la réalité, la vraie, celle qui attend dehors et pour laquelle on détourne parfois le regard. C’est une leçon d’humanité que l’on reçoit ici, qui pique tout droit dans le cœur et qui est nécessaire. C’est un roman qui, en plus, est accessible à des lecteurs plus jeunes, c’est de base un roman +/- jeunesse, mais qui plaira aussi aux plus âgés.

J’ai dévoré ce roman et je le recommande chaudement.

Publicité

1 réflexion au sujet de “Je ne suis pas un monstre – T. Koëgel”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s