Tempête d’une nuit d’été – M. Rosoff

Ce roman est sorti le 26 mai en librairie chez Rageot. J’ai pu découvrir ce roman grâce à NetGalley. Merci à la maison d’édition.

Résumé: Une famille dans une maison à quelques mètres de la plage. Des vacances joyeuses et insouciantes… jusqu’à l’arrivée de Kit Godden. Ce garçon, c’est le parfait amour d’été : il est beau, drôle, magnétique. Mais ceux qui s’approchent du lumineux Kit Godden sont condamnés à s’y brûler les ailes. Et tous ou presque, dans cette famille, seront irrésistiblement charmés. 

Ce roman m’a posé une colle. Je ne savais pas trop comment le qualifier, ni même si j’avais apprécié ma lecture en refermant le livre. Finalement, c’est après réflexion, lecture d’avis et concertation que je pense pouvoir enfin en parler. 

Ici, il est question d’une famille qui part en vacances, dans un lieu qu’ils connaissent depuis toujours. Une tradition, en quelque sorte, avec une maison qui a un véritable vécu. Tout se passe toujours de la même façon. Et puis, cette année-là, deux nouvelles têtes font irruption: Kit et Hugo, deux frères qui n’ont absolument rien en commun, et qui vont bouleverser le quotidien établi. Dans le même temps, Mal et Hope préparent leur mariage, Alex cherche des chauve-souris, Tamsin monte à cheval et Mattie se prend d’affection pour Kit. Et notre narratrice ? Et bien je ne sais pas quoi vous dire. Déjà parce qu’on ne connait pas son prénom. Elle est là sans être là, juste utile à raconter l’histoire. Elle nous parle de son travail, de sa famille, de l’influence grandissante de Kit au sein de celle-ci. 

Je n’ai pas vraiment accroché à la narration, qui me perdait plus que ce qu’elle me faisait entrer dans l’histoire. Je ne comprenais pas bien là où on voulait en venir, j’étais bien souvent larguée en mer au sein de tout ça. On finit par cerner les choses, mais de façon très abstraite, sans pour autant pouvoir signaler le pourquoi du comment avec un cercle rouge. Tout reste flou, jusqu’à ce que la fin apporte un semblant d’explication, qui donne un peu de consistance. Et il est finalement question de l’influence d’une personnalité toxique au sein d’une famille. Sauf que, pour moi, le sujet n’est pas traité de front, il n’est pas clair. Les personnages ne sont pas creusés en profondeur et il est donc difficile de bien les comprendre, de s’y attacher et de suivre leur évolution au fil du roman. Ce Kit est censé apporter du chaos au récit, mais j’ai trouvé que tout était bien trop calme. Il reste si détaché de l’histoire, apparaissant à quelques reprises pour lancer une tirade. 

Tout le récit reste en fait très en surface. On ne creuse pas les personnages, ni les actions, ni la psychologie et le trouble que l’on est censé ressentir. Même les semblants d’explications à la fin ne sont pas complètement détaillés et l’on peut vite passer à côté du thème principal. de plus, le récit est assez lent et de ce fait, long. Je n’y ai pas trouvé d’étincelle ni de véritable addiction comme je l’espérais. Mais, il est vrai que l’autrice sait faire ressentir cette lenteur de l’été que les personnages semblent ressentir. 

De mon côté, je suis vraiment toujours dans le flou. J’ai eu l’impression de voir évoluer (non) des personnages qui cohabitent seulement. Chacun fait sa vie sans pour autant communiquer, sans faire d’erreur, sans avancer. Des électrons libres qui ont seulement quelques minutes ensemble. de plus, la narratrice est si externe à l’histoire qu’il nous est impossible d’entrer pleinement à l’intérieur. Et ça, c’est quelque chose qui ne m’aide pas à accrocher à un roman. La narratrice fait des descriptions mais passe en surface sur la psychologie et le caractère de chacun, ce qui fait qu’on se fait rapidement de fausses idées qui collent jusqu’à la fin. du coup, on voit finalement une lucidité chez certains qui n’était pas annoncée et ça forme un rendu un peu brouillon ou bâclé à mes yeux. 

J’ai vraiment l’impression de passer à côté de quelque chose tant les choses restent en surface, ce qui est vraiment dommage car le thème principal avait de quoi faire. Il avait un véritable potentiel, il aurait pu se passer des dizaines de choses, mais au final on reste sur quelque chose de très plat, et je n’ai donc pas vraiment accroché, ni aimé.

Publicité

1 réflexion au sujet de “Tempête d’une nuit d’été – M. Rosoff”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s