Au tournant de la nuit – V. Raynaud

Ce roman sort le 11 mars (soit demain) aux éditions Folio.

Résumé : « Il chantait comme s’il devait convaincre quelqu’un et n’avait qu’une seule chance de le faire, maintenant ou jamais. Il chantait magnifiquement et ne le savait pas. » Tristan a treize ans lorsqu’il assiste à son premier concert de rock, à Paris dans les années 1970. Une révélation. Plus tard, il fonde son propre groupe, La Monstrueuse Parade. Surdoué et magnétique, le chanteur connaît avec ses musiciens une ascension fulgurante. Mais les tournées usent, la drogue est partout, les dérapages se multiplient. Tristan, intransigeant, s’attire le ressentiment de ses amis. Les rêves de ce jeune idéaliste survivront-ils au siècle qui s’éteint ?

C’est la première fois que je lis un roman de cet auteur et après tout c’est normal : il s’agit là de son premier. Vous connaissez peut-être ce livre sous le titre Toutes les planètes que nous croisons sont mortes (et franchement, je trouve que le titre est grave stylé). Le résumé me tentait de dingue. J’avais hyper hâte de lire ce roman, qui réunissait tous les sujets qui pouvaient m’intéresser dans un bouquin. De plus, j’avais en tête tous mes coups de cœur dans le genre, et je pensais en ajouter un nouveau à ma liste. Tristesse : ce n’est pas le cas.

Gros bémol d’entrée de jeu pour moi : il n’y a pas de point. Genre … 0 ! Sauf pour les flash back en italique qui séparent les chapitres, qui sont donc lisibles et compréhensibles pour moi. Le reste des chapitres sont avec des ; et des , mais jamais de point. Les dialogues sont fondus dans la masse. Ce manque de rythme casse ma lecture. J’en viens rapidement à survoler ce que je lis. C’est impossible à lire, surtout quand on lit à voix haute comme il m’arrive souvent de le faire. Je peux comprendre l’idée et le style. J’ai d’ailleurs vu des avis hyper élogieux à ce sujet. Je suis allée voir ce que pensaient les autres lecteurs et je constate que certains semblent familiers avec le style. Personnellement, je n’ai jamais lu de roman comme ça. J’ai un véritable besoin de pause et de souffle dans ma lecture. Il me faut des phrases, courtes ou longues, mais avec la ponctuation typique qu’on apprend dès le plus jeune âge. Sujet, verbe, complément et point. Sans cela, je ne sais plus où reprendre ma respiration et le texte se mélange et perd tout son sens.

Je sais donc d’avance que le livre ne va pas me plaire, malgré tous les sujets abordés qui auraient dû en faire un coup de cœur. Je tente malgré tout de m’accrocher, d’avancer. Je veux donner une chance à ce livre, comprendre le style, entrer dans l’histoire. Seulement, rien n’y fait. Je décroche à chaque fois. Véritablement impossible pour moi de lire sans les points nécessaires à ma respiration. Les mots se mélangent, je ne sais plus qui dit quoi, qui fait quoi. Je me perds dans les détails, dans les dates.

En m’accrochant, je retiens toutefois quelques brides de l’histoire. J’arrive à reconstruire un fil conducteur. Je ne veux pas m’avouer vaincue si facilement. Le roman prend place dans une France que je n’ai connue que par les cours d’histoire à l’école et dont j’ai clairement tout oublié. Tristan vient d’une famille de la haute. Il prend des cours d’escrime, a été au conservatoire, bercé dans des draps en soie. On nous le décrit avec de jolis compliments et il est aisé de s’en faire une idée. Et évidemment, Tristan est aussi un garçon qui souhaite tracer son propre chemin, faire ses propres expériences. Un brin impertinent par moment, c’est un personnage qui a tout pour me plaire, mais qui m’est difficile à cerner. Lorsqu’il perd ses parents et qu’il se retrouve livré à lui-même, des choix doivent s’imposer et Tristan va composer sa destinée.

On nous apprend beaucoup de choses sur l’industrie musicale de l’époque, on fait le rapprochement avec le contexte politique de la France. Tristan se cherche tout en nous permettant de mieux cibler les périodes qui sont ciblées dans le roman. Je connaissais peu des références amenées ici. Le fond est intéressant. Outre la France, c’est aussi le Monde que nous découvrons. Des questions sont abordées, sans que je n’y trouve les réponses claires et précises, mais elles peuvent faire leur chemin dans ma réflexion. Le fil conducteur reste finalement assez plat et laconique. On nous raconte quelque chose sans forcément aller creuser. Outre mon souci de narration, je ressens aussi un détachement face à l’histoire et à ses personnages. On énonce et on avance.

En bref, c’est un roman qui me promettait une véritable séduction. Sex, drug & rock’n’roll, la biographie d’un talent, les débuts d’une légende. Je suis toujours conquise par ce schéma. J’aime la musique, j’aime ces thèmes. Seulement voilà, j’en retiens très peu de choses. Tout reste flou dans mon esprit, du fait de cette écriture qui ne m’a pas séduite. Je ne suis pas rentrée dans l’histoire. Je garde en tête ce que j’ai vu, en survolant bien des pages car il m’était impossible de me concentrer. Comment trouver un rythme sans ponctuation ? Le problème reste le même du début à la fin. Je ne peux malheureusement pas en démordre, malgré mes efforts pour passer au-dessus.

Je suis profondément attristée de ne pas avoir accroché avec ce roman. Vraiment, j’étais si heureuse de le tenir entre mes mains, j’avais si hâte de m’y plonger. Toutes les images que j’avais en tête n’ont finalement pas eu lieu. Le coup de cœur que j’attendais est resté bien loin de moi, remplacé par la déception. Je suis dubitative face à ce choix narratif, comme d’autres lecteurs qui ont partagé leurs avis. D’autres sont pourtant fortement conquis. J’imagine qu’il faut faire le test soi-même. En sachant à l’avance l’écriture qui nous attend, peut-être que la surprise sera moindre, et le récit plus agréable. Je vous conseille donc de tester, si le sujet et la narration vous intriguent. Peut-être serez-vous conquis. Le rock est bien présent et certains passages de ces phrases qui n’en finissent plus sont quand même bien jolis.

Un grand merci aux éditions Folio pour l’envoi de ce roman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s