Vous avez un e-mail – A. Cole

Ce roman est sorti le 20 janvier en librairie chez J’ai lu (ce n’est toutefois pas un format poche). Un Ownvoice qui promettait du fun !

Résumé : Entre ses études scientifiques, son boulot de serveuse et son travail d’assistante en laboratoire, Naledi n’a pas le temps pour les affaires de coeur. Quant à répondre à la multitude d’e-mails qui prétendent qu’elle est fiancée depuis l’enfance à un prince africain… la blague ! A coup sûr, il s’agit de l’arnaque du siècle. Orpheline, Naledi a grandi en foyers d’accueil et a appris très tôt que, à part sur elle-même, elle ne pouvait compter sur rien ni personne. Alors ce ne sont sûrement pas ces messages ridicules qui la convaincront du contraire. Un jour, un nouveau serveur est embauché et devient son collègue et ami. Mais Naledi ignore que Jamal, sous une fausse identité, est en réalité ledit fiancé africain…

Même si la traduction m’a agacé à deux reprises (où il est question « d’identifier la teinte de carnation » des deux personnages principaux, ce qui m’étonnerait fort en VO, d’autant plus que la comparaison s’associe encore et toujours à un aliment….), l‘histoire en elle-même était géniale.

Il y a énormément d’humour. Les deux personnages ont conscience de leur condition et pourtant, ils n’en abusent pas. Le Prince est un personnage qui ne connaît pas la vie ‘réelle’ et cherche par tous les moyens à combler ce vide pour approcher Ledi. Les premières scènes sont réellement très drôles. Ledi est un personnage au caractère intéressant. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et exerce un métier important. Elle a un rôle fort et important, et j’aime beaucoup le fait qu’elle puisse remettre le Prince à sa place.

Nous avons également des messages importants concernant le consentement. Je les ai trouvé clairs et explicites. De plus, outre le fait que ce roman soit un ownvoice, et donc que tous les personnages soient Noirs, une perso secondaire mais bien présente, est lesbienne. J’ai aimé le fait que cela soit ainsi et qu’on n’essaie pas de comprendre le pourquoi du comment ou que personne n’en soit ‘choqué’. Il n’y a pas de racisme ou de discrimination, de n’importe quelle forme, ici, et j’avoue que ça fait plaisir. Les personnages sont comme ils sont, point barre, et personne n’a rien à justifier, comme cela devrait être le cas dans la vraie vie. L’autrice parle toutefois de la difficulté d’être une femme et d’avoir sa place dans un environnement scientifique. Ses mots sont justes et les scènes sont criantes de vérité. J’ai beaucoup aimé toutefois qu’on ne laisse pas les choses en l’état et qu’il y ait une évolution, que les imbéciles soient remis en place.

Deux scènes de sexe apparaissent au cours de l’histoire, que j’ai personnellement survolé car je n’en voyais aucun intérêt (puisqu’elles n’apportent rien à l’histoire en elle-même). Nous avons également une intrigue en dehors de la romance, ce qui me semble vraiment primordial pour me plaire. Ici, ça fonctionne, et Ledi va avoir son importance, tout en remontant ses origines. J’aurais toutefois aimé quelques explications plus précises sur 2-3 points à ce sujet, mais on comprend parfaitement malgré tout.

Pour une fois, j’ai trouvé le fin mot de l’histoire avant la fin. J’avais compris ce qu’il se passait, pourquoi et comment, mais ça ne m’a pas empêché de l’apprécier. Au contraire, ce livre est vraiment page turner. Je ne pouvais plus le lâcher. Il est léger et aborde pourtant plein de thèmes intéressants. Je ne sais pas si cliché il y a, mais en tout cas j’ai adoré le Thesolo, qui allie croyance et science, qui est un peuple fort et uni, qui est clairement un endroit où j’ai l’impression qu’on se sent en paix et serein. Vraiment j’aimerais beaucoup le mettre sur ma liste de lieux à visiter ahaha ! Tous les personnages m’ont paru tellement chaleureux !

Cependant… après ma lecture j’ai lu quelques critiques VO et je comprends un peu mieux les avis qui divergent. Il est vrai que Naledi est vite dans le jugement et la critique (notamment envers sa meilleures amie), elle est assez sèche et froide, elle sait ce qu’elle veut et instaure rapidement de la distance. Toutefois, elle a aussi un côté plus chaleureux qui contrebalance les choses. Personnellement j’ai bien aimé le personnage, malgré quelques pensées un peu répétitives.

Il est vrai aussi que Thabiso est un peu cliché, c’est un prince qui vit dans l’opulence, qui ne compte pas et ne connaît rien du monde « roturier ». Malgré tout, je ne suis pas certaine que la réalité soit réellement différente quand il s’agit de personnes réellement importantes et surprotégées, qui n’ont jamais été en contact avec le reste du monde et qu’il faut garder sous verre à chaque instant. Là-dessus, je ne sais pas trop trop, mais il est vrai qu’il aurait mérité un peu plus de travail. Il m’a semblé un peu plus effacé de l’histoire, en comparaison à Naledi.

J’ai également vu quelques autres avis concernant des points plus spécifiques mais j’ai peur de vous spoiler si j’en discute plus ouvertement avec vous. Je vais donc les mettre en blanc et il faudra surligner si vous souhaitez les lire !

Avant toute chose, voici également une liste des ‘thèmes & tropes’ de l’histoire (il faut surligner) : ‘faux’ engagement, mensonge sur l’identité, destin basé sur des croyances… culture clash ??

En gros, le mariage entre Naledi et Thabiso aurait été sacré dès leur plus jeune âge par la divinité de leur pays. Je ne suis pas du tout calée en folklore et religion Africaines, aussi je ne sais pas s’il y a une part de vérité, si tout est inventé ou non. Puisque ce livre est un ownvoice, je suis partie du principe que l’autrice savait ce qu’elle disait et je ne remettrai rien en cause. J’ai seulement vu des gens s’insurger un peu sur le fait qu’on parle d’union divine et que le pays du Thesolo soit ‘gouverné’ par des croyances, disant que cela renforçait les clichés concernant les Tribus Africaines et le culture clash… Je n’en sais strictement rien, j’avoue que cet aspect de l’histoire ne m’a pas choqué ou dérangé, d’autant plus que le Thesolo est en avance technologique ++++ Donc… ils ont peut-être des croyances, mais rien ne les empêche d’avancer ou d’être un pays à la pointe. Cela ne m’a pas semblé rabaisser les pays Africains ou les montrer sous un aspect retardé. Il y a des croyances partout dans le monde et cela n’empêche pas un pays d’évoluer ou d’être technologiquement en avance.Mais d’après ces avis, ce choix d’inclure une croyance Divine dans le choix des mariages princiers véhiculerait des clichés sur les pays Africains. Ce serait aussi aller dans le sens des fantasmes que les gens peuvent avoir concernant la vie dans les pays d’Afrique. Je n’ai pas tout saisi concernant ces avis-là et je vous laisse aller les consulter ou discuter avec des personnes qui seraient concernées et qui auraient des connaissances sur le sujet. Je vous relate simplement le ‘débat’ si jamais.

Pour conclure, je dirai simplement que j’ai personnellement bien aimé l’histoire. Je lis peu de romance et j’avais peu d’attente, en dehors du fait d’avoir du fun (ce que j’ai eu). Il est vrai que la fin me laisse un peu pantoise, j’aurais aimé que ce soit plus concret et que Ledi soit plus prononcée dans ses paroles et qu’il y ait une évolution sur ce point. Toutefois, l’histoire est sympa, sans prise de tête, et j’ai donc apprécié ce que j’ai lu.

2 réflexions au sujet de “Vous avez un e-mail – A. Cole”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s