Tant qu’il le faudra – Cordélia

Hellooo ! On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un petit livre qui sort en librairie le 07 janvier ! C’est dans peu de temps donc il est l’heure pour moi de vous dévoiler mon avis. C’est le premier tome d’une saga qui en comportera trois d’après les informations sur la cover. Un grand merci à Akata éditions pour l’envoi de ce titre.

Résumé : Prudence est une jeune lesbienne dans le placard qui découvre la vie parisienne… David est un étudiant gay dont la vie tourne presque exclusivement autour de son engagement associatif et de son meilleur ami… Jade, militante féministe et anti-validisme, essaie de faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux… Ina, déjà dans la vie active, doit jongler entre son travail, ses deux associations et ses activités d’autrice Wattpad… Ensemble et aux côtés de leurs amis, ils essaient, tant bien que mal, de s’entendre, pour publier HoMag, une revue LGBT+. Mais entre amour, études, travail et autres réalités du quotidien, la vie n’est pas toujours simple, pour celles et ceux qui ne rentrent pas dans le moule d’une société trop formatée. Suivez leurs vies, leurs errances, leurs luttes, durant toute une année scolaire, à travers un récit choral aussi ambitieux que stimulant.

Ce livre prend donc place au sein d’une association LGBT+. Inutile, je suppose, de vous dire que nous avons donc là uniquement des personnages LGBT+. Niveau diversité et représentation, ce livre est au sommet, et c’est vraiment génial ! Vous avez d’ailleurs une liste à la fin avec quelques fiches personnages de certains d’entre eux et j’ai trouvé ça trop chouette. Pour toutes les personnes qui ne se retrouvent pas dans les livres, j’espère que celui-ci pourra donc vous plaire et vous représenter. D’ailleurs, vous avez quelques ressources proposées à la fin, avec notamment des titres de livres, des chaînes YT, des asso et des podcasts si vous souhaitez vous informer davantage ou découvrir d’autres titres qui mettront en scène des personnages aux multiples représentations. Et pour le fun, vous avez aussi quelques commentaires tout droit sortis de Wattpad, et je suis à 10000% d’accord avec le commentaire qui dit « A part Léo, quelqu’un supporte David ? » Ahahahaha so true !

Avant toute chose, je tiens à signaler que c’est réellement mon ressenti face à ce livre. Je souhaite me confier à vous de la façon dont j’ai pu percevoir les choses, et c’est pourquoi j’ai rédigé mon article tout au long de ma lecture, pour le corriger et être au plus juste. J’espère donc qu’il le sera, même si j’ai peur d’un manque de tact par endroit. Après tout, je ne suis pas la fille la plus délicate qui soit. Aussi, je vous invite à prendre du recul sur cet avis. Je ne veux blesser personne. J’ai vu énormément d’avis positifs concernant cette histoire et je vous encourage également à lire les avis des blogueurs qui se sont sentis représentés par TQLF pour percevoir leur vision des choses et leur ressenti.

Pour faire un bref topo de mon ressenti, je dois dire que je suis partie très déçue dès le départ et je vous explique pourquoi juste en dessous, ainsi que ce qui a fait que j’en ressors avec une note de 3/5.

Je voudrais commencer par citer LE point négatif qui a été handicapant pour moi : la taille des interlignes et de la police. C’était vraiment trop petit pour le format du livre à mon goût. Je suis migraineuse et lire ce format c’était un peu gênant pour moi. J’avais mal à la tête si je lisais trop, ce qui fait que j’ai dû fractionner ma lecture et faire quelques pauses. Je tenais le livre vraiment très près de mes lunettes mdrr, c’était galère. J’étais à fond dans ma lecture par moment et je devais m’arrêter car j’avais mal aux yeux. C’est un peu dommage, car ça ne me donnait même plus vraiment envie de lire la suite… Je me suis tâtée à demander un format ebook, avec lequel j’aurais retrouvé une taille de lecture adaptée, mais j’ai tout de même continué en me disant que ça allait le faire, que j’allais réussir à passer outre si j’entrais dans l’histoire (c’est d’ailleurs plutôt le cas, mais j’en ressors avec un horrible mal de crâne qui persiste). Note à moi-même : ne pas m’auto-écouter la prochaine fois et oser demander.

Ce qui est bien, pour les lecteurs dans le besoin, c’est qu’il y a une liste de TW. Je ne ressens personnellement pas besoin de les lire, et ça m’agace même quand ça me saute aux yeux car, puisque je n’ai pas de réelle sensibilité face à certains sujets – je n’ai pas de sensibilité du tout si je puis dire – j’aime découvrir les choses au fur et à mesure de ma lecture (tant que les sujets sont traités correctement et qu’ils apportent un truc à l’histoire). Dans cette liste, les TW sont répartis selon les chapitres et au final, c’est aussi quelque chose qui m’a bloqué car je savais ce qui m’attendait à tel moment. Je le redis, je comprends bien l’intérêt pour certains d’avoir une liste aussi détaillée, mais mon regard est vraiment resté accroché et j’aurais préféré que la liste soit moins imposante (comme dans d’autres livres où on se contente de citer les sujets qui peuvent être du TW sur une petite ligne dans la page des crédits et des informations) ou alors qu’on nous dise de nous référer à la fin du bouquin. Et c’est particulièrement le « alcool (verre en terrasse) » qui m’a laissé pantoise. Ce n’est pas comme si on parlait d’alcoolisme pur et dur et ça m’a marqué car au final, j’ai eu cette impression qu’il fallait à présent mettre du TW partout pour tout et rien pour coller à la sensibilité de tout le monde (ce qui n’est finalement pas possible car même une pizza peut rappeler un mauvais souvenir à quelqu’un, dans ce cas) et ça m’a oppressé. Puis, on cite le verre en terrasse, mais on ne prévient pas que certains personnages fument comme des pompiers (ce qui peut rappeler le cancer des poumons à ceux qui l’ont vécu, par exemple). Vous voyez ce que je veux dire ? Cela m’a gêné car c’est la première réflexion qui m’est venue en tête et j’ai eu cette espèce de bad mood qui est arrivé et qui ne m’a plus lâché.

Entrons un peu plus dans le vif du sujet, à savoir l’histoire en elle-même (après tout, on est là pour ça). Les premiers chapitres reflètent des personnages qui, selon mon propre ressenti, ne font que râler. J’ai su dès le départ que ça n’allait pas matcher avec Prudence car je ne retrouvais aucun point commun avec elle. Lorsque j’ai rencontré les autres personnages, je me suis vue confrontée à beaucoup de colère et de rancœur. J’avais réellement l’impression que ça ne faisait que râler, que critiquer, même si j’ai aimé les clins d’œil face à certains excès Twitter que l’on peut apercevoir régulièrement sur le réseau.

En fait, beaucoup d’aspects du livre m’ont fait penser à des choses que je vois passer H24 sur les réseaux sociaux. Par exemple, les personnes qui doivent sans cesse répondre à des questions ou se justifier pour des choses dont elles ne devraient pas avoir à s’excuser. Il y a pas mal de passages comme ça et j’ai trouvé que c’était bien traité (mais je ne sais pas si je suis à même de juger là-dessus). Pour les gens qui ne sont pas sur les réseaux ou qui ne comprennent pas bien la discrimination ordinaire, je pense qu’il est important de lire ces pages-là pour mieux saisir et pour s’éduquer, comprendre que les mots blessent et qu’il est grand temps d’accepter que tout le monde n’est pas une copie conforme.

Au tout début de ma lecture, je me suis sentie oppressée par justement ces personnages négatifs, notamment David. Avec l’arrivée du point de vue de Ina, je me suis sentie mieux et c’est à partir de là que je suis vraiment rentrée dans l’histoire. J’ai vu un peu plus de positivité, l’histoire proposait quelqu’un qui n’était pas uniquement dans la critique et qu’il avait un raisonnement qui me plaisait.

Malheureusement, je me suis également vue confronter à un autre ‘souci’ à savoir : l’utilisation de l’écriture inclusive. Je suis quelqu’un qui lis en chuchotant, je ne sais pas lire dans ma tête. Aussi, le choix de l’inclusif est difficile pour moi. Je comprends et je conçois le pourquoi du comment du choix d’utiliser l’inclusif, et c’est un débat qui fait moult vagues sur les réseaux sociaux. Je n’y prendrais pas part personnellement, car j’estime que chaque personne est en droit de l’apprécier/l’utiliser ou non, selon ses valeurs, ses croyances, ses principes et sa sensibilité et je ne veux pas juger qui que ce soit. Pour ma part, c’est une écriture qui ne me convient pas, j’aime le français que j’ai appris à l’école même s’il fait bon de l’améliorer (et pas en enlevant le i de oignon). Donc, sans entrer dans quelque débat que ce soit, je signale juste l’apparition de l’inclusif. C’est un certain frein à ma lecture car les points partout, je ne peux pas, tout comme le iel quand ce n’est pas le pronom utilisé par un personnage en particulier. Cela bloque la fluidité de la lecture pour moi, ce qui fait que je vais avoir tendance à survoler et c’est effectivement ce qu’il s’est passé.

Malgré cela, le style de Cordélia est très accessible et prenant. Sa plume m’a plu quand elle proposait une écriture classique et j’ai remarqué que les pages défilaient très vite. On se prend au jeu et c’est vraiment quelque chose que j’aime. Je déteste être en train de regarder la page où j’en suis. Là, ça défilait tout seul et c’est quelque chose de très cool. Je ne suis pas trop tranche de vie mais j’étais avertie dès le départ, je n’ai donc pas été déçue par cela, même si effectivement, pour moi ça manque effectivement d’action, de suspens et de mystère.

Ce n’est pas tout rose, ni tout plat. On est réellement dans le vif du sujet et le résumé ne ment pas. Les personnages nous racontent leur vie et on apprend à mieux les connaître, à cerner leur existence et à comprendre ce qui peut tant les mettre en colère ou les rendre tristes ou heureux. Les sentiments démontrés dans ce livre m’ont vraiment semblé réels et touchants. Mais effectivement, j’en attendais peut-être plus, ce qui est un peu bête puisque je savais dès le départ qu’on partait sur un roman qui allait simplement suivre des personnages dans leur quotidien.

Revenons à l’histoire et aux personnages. J’ai beaucoup aimé Ina, qui m’a semblé la plus souriante et amusante. On a beaucoup de points communs (wattpad, bullet journal, booksta, se prendre la tête pour des broutilles…) et vraiment c’est sans doute le perso que j’ai préféré du bouquin. De plus, ses chapitres étaient très explicatifs et justes. On comprend totalement les besoins des communautés de se retrouver entre elles, même au sein d’un groupe afin de ne pas avoir à faire l’éducation de tout le monde. J’ai pris un vrai plaisir avec ces chapitres, car c’est très délicat et c’est bien amené. Pour une personne non initiée, qui n’aurait pas fait de recherches sur les sujets abordés et qui ne saurait pas les enjeux et les revendications des personnes en minorité numérique ou victimes de discrimination, je trouve que c’est parfaitement exprimé et très clair. On ne peut pas sortir de ce bouquin et se comporter comme un abruti, parce qu’on comprend très justement que chacun est doté de sensibilité et qu’il faut respecter les moments de chacun. Je vous laisse lire le livre pour avoir des exemples, ils sont très bien amenés. Je pourrais vous écrire des paragraphes entier sur ces passages, mais ils sont tellement clean et tellement limpides que ça serait juste de la paraphrase.

Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais on ressent très bien le fait que chaque personnage, même s’il fait partie de la grande communauté LGBT+ (où l’on peut penser – à défaut – qu’ils ont une ouverture d’esprit et un respect d’autrui plus avancés que la population globale) peut également avoir des aprioris et des comportements qui peuvent blesser d’autres personnes (et cela se voit aussi parfaitement sur les réseaux). Tous les personnages ici ont des qualités, des défauts et des choses à améliorer, une vision du monde à faire évoluer. Ils sont vraiment humains, en fait, et c’est quelque chose dont on se rend compte au fur et à mesure de la lecture. On se prend d’affection pour eux et les points négatifs qui me prenaient le chou au départ ont réussi à être un peu atténués, même si j’avais ce frein qui m’éloignait un peu de ma lecture. Mais j’étais suffisamment dans le truc pour comprendre à quel point il est important que ce livre soit lu et connu, notamment pour cet aspect ‘éducatif’ qu’il a (indirectement à travers l’histoire de ces personnages qui sont vraiment 100% réalistes).

Je suis plutôt contente d’avoir pu le lire et d’être arrivé jusqu’au bout car j’ai plusieurs fois songé à l’abandonner du fait de l’inclusif et du comportement étouffant de certains personnages. J’ai cependant pu mieux saisir personnellement certaines questions que je n’osais pas poser ou auxquelles je n’étais pas confrontée. J’ai appris des choses à travers TQLF et je ressors de ma lecture avec énormément d’affection pour Jade et Ina, qui sont définitivement les deux figures que j’ai préféré dans ce roman. Donc, par contre, sorry David, mais tu m’as vraiment, vraiment soulé… J’avais déjà ciblé quelques problématiques pour les avoir vu et avoir pu me renseigner grâce aux réseaux sociaux, mais les indications ici sont claires et peuvent, je pense, aider beaucoup de monde.

C’est une sortie que je vous conseille pour les représentations mises en avant (enfin un livre avec de la diversité à 100%) et qui se lit vite et facilement. Malheureusement, ça ne l’a pas fait avec moi, je suis restée assez imperméable, je m’en rends compte, et je pense vraiment que c’est dû à l’inclusif. Je suis assez triste de ce constat car j’attendais beaucoup de cette lecture et je suis passée à côté.

Bref, cet article me semble très brouillon (je ne pourrais clairement pas écrire chez HoMag) mais je pense avoir dit l’essentiel et j’ai maintenant très très peur de ne pas avoir le tact nécessaire et d’avoir blessé quelqu’un… Si c’est le cas, j’en suis réellement désolée, sachez que ce n’est pas mon intention. N’oubliez pas, TQLF est disponible le 07 janvier et des suites sont prévues. Des blogeurs ont fait des critiques très élogieuses de ce roman et je vous invite à les prendre en compte dans votre réflexion si vous hésitez à le lire.

3 réflexions au sujet de “Tant qu’il le faudra – Cordélia”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s