C’est pas ma faute – AF Multon & S. Bailly

Hey ! Ce livre me faisait de l’oeil depuis sa sortie. J’en avais entendu énormément de bien et j’avais donc hâte de pouvoir le lire. Par chance, j’ai pu l’acheter avant le confinement et l’intégrer à l’un des deux challenges auxquels je participe pour vider ma PAL.

Résumé : Lolita est une YouTube française qui a ses petites habitudes et poste chaque semaine à la même heure. Prudence est l’une de ses plus grandes fans. Aussi, quand elle voit que Lolita se montre moins présente sur les réseaux sociaux, et lorsqu’elle comprend qu’il n’y aura pas de nouvelle vidéo en ligne, elle se met en quête d’explications. Persuadée qu’il est arrivé quelque chose à Lolita, Prudence entame alors ses recherches.

c-est-pas-ma-faute

J’ai donc davantage pensé à un thriller qu’à autre chose en premier lieu, et c’est effectivement ce que nous avons dans la première partie de l’histoire. Les chapitres sont entrecoupés d’articles, de mails, d’échanges de sms, comme des sortes de preuves disséminées au fil de l’histoire. On alterne entre les points de vue de Prudence et ceux de Lolita. Ces derniers sont écrits à la seconde personne, ce qui est assez rare en livre mais que j’ai déjà pu expérimenter en RPG et j’aime beaucoup ce style. On retrace les J- avant et les J+ après la disparition.

L’histoire se passe en France et une partie de l’enquête se passe dans le sud, dans ma région. Dans des villes que je connais, avec des expressions de langage que j’utilise tous les jours. Et j’ai vu des incohérences dans les lieux (un centre pénitencier qui n’est pas bien placé, des lignes de bus qui ne fonctionnent pas comme ça) mais aussi dans l’utilisation des expressions. Résultat, ça a un peu gâché mon entrain. Je chipote et ce n’est pas bien grave, mais c’était un peu comme un manque d’info de la part des auteures… En soit ça ne change rien à l’histoire, mais ça m’a soulé à chaque fois que je voyais ça.

Si le livre est très page turner et addictif, j’ai eu quelques difficultés à m’attacher aux personnages et à trouver le véritable sens de ce livre. J’ai eu l’impression d’avoir un « soit c’est tout noir, soit c’est tout blanc« . Je galère à trouver exactement ce que je voudrais vous dire sur cette partie, surtout sans vous spoiler. Comme on le sait, l’histoire se centre aussi sur des thèmes d’actualité, comme le harcèlement. Et sur certains points, Lolita m’a fait penser à Hannah dans 13 Reasons Why. Néanmoins, j’ai l’impression on essaie de cacher le mauvais pour ne faire remonter que le martyr. (C’est d’ailleurs les enjeux de la Saison 02 et le fait que justement, tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc, que les contrastes existent et qu’il faut tout savoir pour pouvoir réellement être capable de juger).

Rien ne justifie un harcèlement. Absolument rien. Néanmoins, il y a des fautes parfaitement conscientes commises par Lolita et j’ai l’impression que c’était comme si c’était « pas grave ». Sauf que si c’est grave. Si on veut suivre un mouvement, si on veut y participer et surtout, s’il nous tient réellement à coeur, on se renseigne et on n’accepte rien qui puisse aller à l’encontre de ce principe. De même, quand on sait qu’on fait quelque chose d’interdit, il faut s’attendre à ce que ça nous retombe dessus un jour ou l’autre. Et ça, peu importe l’âge. Bien sûr, tout est justifié sous couvert du cercle familial et du cadre de vie, mais quand même. Chaque erreur mérite explications et excuses.

Prudence est mise en retrait dans la première partie et son côté fan-girl m’a un peu soulé. C’était presque malsain, quelque part. Néanmoins, je ne peux pas lui reprocher d’être fan à un stade extrême. Je l’ai été, suivant les comptes de stalkeurs qui n’arrêtaient pas de suivre les déplacements d’un groupe de musique, voulant en savoir toujours plus etc.. J’étais un peu plus jeune que le personnage de Prudence. Et être fan, ce n’est pas quelque chose qui se contrôle. C’est quelque chose qui se vit, qui est indescriptible. C’est un amour sincère, à sens généralement unique, et qui peut mener à des extrêmes dangereux. On ne s’en rend pas forcément compte quand on est jeune mais, avec le recul, on se rend compte à quel point ça peut pourrir la vie des gens, autant du fan en question que de la célébrité qui, finalement est privée de sa vie intime et traquée de tous les côtés. Néanmoins, Prudence était si en retrait qu’il m’a fallu attendre la seconde partie de l’histoire pour être touchée par ce personnage et éprouver de la sympathie pour elle. J’aurais beaucoup aimé qu’elle soit davantage mise en avant, qu’on s’intéresse à elle sous un autre angle.

Je pense que c’est un livre très instructif et intéressant concernant les dangers que peut représenter le fait d’être célèbre si jeune et surtout, sans accompagnement et sans soutien. Être livré à soi-même, devoir tout gérer comme un adulte sans avoir le recul nécessaire pour ça. On nous présente un thème important mais qui manquait de quelques précisions qui, à mon sens, auraient dû être plus claires. Quand on passe son temps sur internet et qu’on s’y connait, ce livre n’apprend pas grand-chose. Mais pour des ado, des jeunes, qui sont encore innocents, insouciants, et qui pourraient cumuler les maladresses et tomber dans le panneau des pièges, je trouve que certaines choses ne sont pas assez dites clairement.

C’est un portrait finalement assez sombre que je dresse là, mais dans son ensemble j’ai bien aimé le livre. La deuxième partie est différente, mais tout aussi cool et encourageante. Le livre est bien dans sa globalité, tout comme l’histoire. Ce sont au final des détails plus ou moins gros qui ont fait baisser la note et sur lesquels je suis restée concentrée. J’imagine qu’avec quelques années de moins, j’aurais adoré le livre et j’aurais peut-être mis une meilleure note. Mais je partais avec beaucoup d’exigences qui ne sont finalement pas toutes remplies.

En positif, on notera malgré tout des plumes légères, addictives, qui sont dans l’ère du temps et qui adoptent les codes du parler actuel. L’histoire se lit très vite et les messages positifs qui sont dissimulés au fil de la lecture sont beaux et importants. Ils sont mis en avant d’une certaine manière qui n’était peut-être pas celle à laquelle je m’attendais et celle que j’espérais, mais le message passe quand même.

Je conseillerai donc davantage ce livre à des ado, à des jeunes qui aiment les réseaux sociaux et qui n’ont pas forcément conscience de la réalité, à des stars émergentes des réseaux et de YouTube, qui pourraient tomber dans des pièges plus gros qu’eux. C’est un livre qui pourrait marquer les esprits et qui romance une réalité dont on parle souvent mais dont on n’a pas forcément de réelle conscience. Le fait de suivre des personnages dans ce contexte, de s’attacher à eux voire de s’identifier, permet peut-être de mieux saisir les enjeux.

2 réflexions au sujet de “C’est pas ma faute – AF Multon & S. Bailly”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s