Daisy Jones & The Six – T. Jenkins Reid

Hey .. Cet article sera sans doute un peu brouillon, un peu tout bizarre. Il est actuellement 01:38 du matin et je viens de terminer Daisy Jones & The Six. Et je crois que j’ai besoin d’écrire l’article maintenant. Avant tout chose, je vous partage la musique qui m’a accompagné durant toute ma lecture et qui est encore dans mes oreilles pour aligner les mots de cet article. C’est juste là.

Ce livre, il me tentait bien, mais sans plus. Je le voyais passer, avec toutes les couvertures sublimes qu’il avait. Mais j’avais peur que ça soit une biographie comme une autre. Comme tant d’autres que j’avais déjà lues. Et pourtant … j’étais loin d’imaginer ce que renfermait ce livre.

Pour commencer, sorry not sorry, ces personnages n’existent pas. Vraiment, je suis passée pour une cruche à chercher sur google la tête des gens et sur youtube leur musique. Mais on voit quand même l’inspiration, on imagine parfaitement l’époque, on sait qui sont les icônes et …

Bon, pour vous la faire courte, j’ai été excessivement fan d’un groupe pendant plus de 12 ans. Je les aimais à un stade d’adoration. C’était passionnel et comme tout passion : ça fait mal. L’amour pour la musique, pour un groupe, ça peut même détruire, quelque part. J’ai eu la chance de les voir plusieurs fois, de les rencontrer aussi. J’ai voyagé, j’ai dépensé des sommes astronomiques, j’ai dépassé mes limites et j’ai forgé des souvenirs inoubliables et des amitiés dingues. Et depuis quelques années, je m’efforce de rester en retrait. De trouver des défauts à tout ce qu’ils font et ce qu’ils incarnent. Pour rester focus sur la réalité et sur des choses accessibles. Bref, tout ça pour dire que ce côté plus sombre de l’industrie musicale, je l’ai appris à force d’aller de salles de concert en salles de concert, de discuter avec ceux qui s’y connaissent etc.. Et c’est un monde qui me touche. Un monde dont je ne voudrais jamais, c’est clair, je préfèrerais être connue pour gagner les jeux olympiques d’équitation plutôt que pour une chanson du tonnerre. D’ailleurs, c’est certainement ma merveilleuse petite jument qui m’a sortie de cette spirale musicale éprouvante. Sans elle, je ne sais pas si j’en serais où j’en suis actuellement. Et bon, je crois que ma passion s’est entièrement centralisée sur elle désormais … Mais bref, c’était juste pour contextualiser un peu les choses avant de vous en dire plus.

Daisy Jones & The Six, ça parle de l’ascension d’un groupe de musique et d’une icône qui se rejoignent pour former LE truc des années 70-80. LE groupe le plus dingue du monde entier. Dit comme ça, on peut se dire « ouais bof ». C’est ce que je me suis dit au début : encore une biographie comme une autre. Et bah en fait … absolument pas !

L’histoire est racontée comme une sorte d’interview sauf que l’interviewer n’intervient jamais. C’est une succession de répliques des personnages. Ils ne sont même pas ensemble, c’est tout condensé, mais c’est comme une discussion avec des personnes qui exposent leur point de vue en alternance. Je suis très mauvaise pour vous vendre le style de ce roman, je suis désolée. Mais il est très particulier et très addictif. J’ai commencé ce livre vers 18h et j’ai fait une pause pour manger et prendre une douche … et c’est tout. Je n’ai pas pour le lâcher. Et je peux le dire dès à présent : ce livre est mon plus gros coup de coeur 2020 et sans doute l’un de mes plus gros coups de coeur de toute ma vie.

On retrace ici l’envers du décor d’une façon très particulière. On voit les liens se tisser et se défaire entre les personnages, on voit les difficultés pour eux d’assumer leurs émotions, de les comprendre et de les contrôler. On voit les facilités qui se pointent devant eux, les complications qu’elles entraînent. On voit des gens qui cherchent juste à survivre à quelque chose qui est finalement plus fort qu’eux, qui veulent combattre et gagner contre un tas d’addictions. On assiste à l’écriture des chansons, à la production d’un album. On parle ici de l’évolution des personnages, de la montée en puissance d’un groupe par le travail. On les voit se prendre la tête, passer des heures à travailler pour obtenir la perfection qu’ils attendent. C’est réellement centré sur les membres du groupe et pas sur la relation avec le monde ou les fans, mais c’est davantage une sorte de huit-clos entre eux. On touche du doigt l’évolution des chansons, leur façon de créer, les thèmes qu’ils incluent. C’est ce qui m’a le plus touché je crois : Cette création et les thèmes traités. La profondeur de tout ce décor. Et on a alors un méli-mélo de tout ce qui constitue la période 70-80, mais c’est pourtant tellement valable aujourd’hui encore : les tensions de groupe, l’industrie musicale parfois impitoyable, le sexisme qui persiste, la drogue qui vient s’immiscer, les addictions mais surtout, surtout, surtout, les sentiments et la passion.

Alors est-ce parce que j’ai l’impression de me reconnaitre dans certains personnages, est-ce parce que je sais ce qu’est réellement la passion et la douleur qui vous prend aux tripes ? Est-ce juste parce que ce monde m’attire autant qu’il m’effraie ? Je ne saurais le dire et en plus je ne peux pas en dire davantage pour ne pas vous spoiler certains trucs. Toujours est-il que ce livre n’était pas juste une histoire. Ce livre m’a parlé tout au long de ma lecture. J’étais avec les personnages, je vivais les choses avec eux. Des millions d’images en tête qui se succédaient. J’ai pleuré … mon dieu qu’est-ce que j’ai pleuré. J’ai ri aussi, et j’ai été en colère, j’ai été joyeuse. Désormais je n’ai plus qu’une envie : aller en concert. Repartir pour les road trip avec les copains pour passer les meilleures soirées de nos vies avec les tympans arrachés, les cordes vocales brisées et les corps encore tremblants de toute cette adrénaline. J’ai envie de me forger de nouveaux souvenirs, faire de nouvelles rencontres, courir pour atteindre le premier rang, passer des heures à attendre dehors … ou alors profiter d’un petit concert tranquillement après avoir visité la ville durant la journée. En fait, je veux juste écouter de la musique avec du monde, je crois mdrrr. Danser sur le son des guitares, voir les chanteurs hurler à plein poumons, me coucher avec des étoiles plein les yeux …

Ce livre parlera à tous les fans mais aussi à tous ceux qui sont un peu curieux du sujet, aux nostalgiques du passé, aux futurs musiciens, aux rêveurs et aux passionnés. Peut-être qu’il vous ennuiera et que vous allez ressortir de là en mode « pff c’était trop nul ton conseil ». Mais bon, je vous recommande quand même de laisser une chance à cette histoire. Parce que peut-être que ce livre va vous permettre de vous évader pendant ce petit gros confinement tout nul. Mine de rien, on suit les personnages de si près qu’on a l’impression d’être un membre du groupe. On va en tournée avec eux, on est sur la route, dans les piscines, dans les bars, dans les hôtels … Et vraiment, cette évasion fait aussi beaucoup de bien.

En vrai, je ne sais même pas quoi vous dire de réellement intéressant. Au final, je vous ai parlé de moi et de mes émotions face à ce livre. Mais je n’ai pas les mots pour en parler. Je crois que c’est un livre qui se vit et qui ne se raconte pas. Et du coup qui va remplir ma bibliothèque parce que je veux un livre par édition, avec les covers différentes et tout et tout (oops).

 Et sinon, pour terminer : Amazon est en train d’adapter le roman en série. Et y a Sam Claflin dedans les gars. C’est déjà une très bonne raison de regarder non ? Bref j’ai méga hâte de voir l’adaptation et surtout j’ai excessivement d’attentes, notamment sur les relations entre les personnages et la complexité de ces dernières, les jeux de regards et les interprétations des chansons. Donc j’espère que ça sera à la hauteur ahaha.

Merci à tous si vous êtes arrivés jusque là et s’il vous plait : venez me donner vos avis si vous l’avez lu, que vous ayez aimé ou pas (et pourquoi héhé). Et plein de bisous à vouuuus !

6 réflexions au sujet de “Daisy Jones & The Six – T. Jenkins Reid”

  1. J’ai vraiment adoré ce livre ! De l’histoire, au format et aux thèmes abordés, tout est une réussite. De mon côté ce livre a frôlé le coup de cœur mais à certains moments, j’ai eu beaucoup de mal avec Daisy. Autant des fois je l’adorais et voulais la protéger, autant des fois, j’avais beaucoup de mal. Par contre, énorme coup de cœur sur Billy

    J’aime

    1. Ah oui je comprends, c’est vrai que les personnages n’étaient pas tous agréables, et ils ont fait des trucs débiles des fois, mais j’ai adoré ça justement haha ! Ça donnait encore plus de réalisme à mes yeux 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s