Cruelles – C. Clarke

Voilà longtemps que ce livre était entré dans ma PAL. J’ai connu Cat Clarke avec la sortie de We Are Young, que j’avais dévoré en quelques heures. J’avais vraiment adoré ce roman et d’ailleurs, j’avais fait une chronique juste là. Je voulais donc en connaître davantage sur cette auteure et j’ai longtemps hésité avant de me décider pour Cruelles puisque Collection R faisait une promo découverte à 9€. Bien sûr, je m’attendais de nouveau à un petit thriller, à la résolution d’une enquête avec des personnages adolescents ou jeunes adultes. Et ce n’était pas vraiment ça …

12968828._UY630_SR1200,630_

Cruelles raconte l’histoire d’un groupe de filles qui sont parties en voyage scolaire nature et où les choses ont mal tournées. Une des filles est portée disparue.

Le résumé peut s’en tenir à cette seule ligne si on ne veut pas trop en dévoiler. Le souci, c’est qu’on sait en quelques chapitres ce qu’il s’est passé. Alice raconte de son point de vue le voyage et les évènements, avant de revenir sur l’instant présent, au lycée. Il n’y a pas de suspens, pas de recherche de suspect car on sait déjà tout. L’intrigue se tourne alors davantage sur la reconstruction de chaque personnage et sur leur façon de gérer le choc, de gérer ce qu’ils savent.

Je ne m’attendais pas du tout à ça, mais bel et bien à un thriller et du coup, j’ai été un peu déçue. On tourne vite en rond, je trouve, et la fin est du coup plutôt prévisible. Les personnages pèsent le pour et le contre. Doivent-ils parler ou garder le silence ? Enfin, c’est surtout sur les pensées de Alice qu’on se focalise. On voit également l’évolution de ses amitiés et l’impact de cet évènement sur sa vie. Petit bémol malgré tout sur ce dernier point qui, je trouve, n’est pas suffisamment exploité. Quitte à vouloir réellement entrer dans le sujet, autant s’y pencher un petit peu plus.

Autre point négatif pour moi concernant la mère de Alice, décédée d’un cancer quelques années plus tôt. Pourquoi faut-il systématiquement dans ce genre d’histoire que le personnage principal ait perdu l’un de ses deux parents ? Ou que l’un des deux soit absent ? A force de voir ce schéma se répéter à l’infini, on finit par en perdre de la compassion. Et pourtant, je devrais me sentir touchée ou concernée par le sujet, ayant moi-même perdu un de mes parents à la fin de mon adolescence. Mais ajouter du mélodrame simplement pour en ajouter, c’est plutôt agaçant. Pourquoi ne pas proposer des parents divorcés avec une garde alternée, qui bloque donc l’enquête de notre personnage ? Ou des parents toujours ensemble ? Une famille nombreuse ? Un personnage bloqué par des obligations familiales que l’on voit pourtant peu. Quand les personnages sont majeurs et à l’université ou déjà travailleurs, ok : ils vivent seuls ou loin de chez eux, ça fonctionne. Mais chez des ado qui sont encore au lycée et sous l’autorité parentale … ça perd en crédibilité.

Bien sûr, je pars dans une généralisation des bouquins que j’ai pu lire et tous ne sont pas concernés, mais malheureusement Cruelles tombe dans ce piège de la facilité et du déjà-vu. Le livre a été publié en 2013, on peut donc se demander qui a copié sur qui pour instaurer ce schéma. Néanmoins, si on ne peut pas en vouloir à ce livre qui date déjà et qui était sans doute un peu plus isolé sur le sujet en 2013 qu’aujourd’hui, c’est trop vu et revu pour moi.

En soit, la plume et la traduction sont très bien. On se prend malgré tout dans l’histoire et les pages se tournent vite. Le roman se termine rapidement et n’est pas prise de tête. Il est un peu sombre, bien sûr, mais pas suffisamment pour éprouver de la pitié pour les personnages. Disons que, personnellement, je ne me suis pas attachée à eux. De même que je n’ai pas réellement compris pourquoi Alice et Tara n’étaient plus amies. Le passage est expliqué, mais peut-être un peu trop rapidement et ne me semble pas logique.

Concernant la fin, j’aurais aimé voir un épilogue se déroulant quelques mois ou quelques années après, pour savoir ce que deviennent chaque personnage suite au choix qui est fait. Là, on nous laisse imaginer les choses et c’est bien aussi, mais j’avoue bien aimer les fins qui expliquent tout et ne laissent plus de place au suspens.

J’imagine que j’aurais davantage apprécié ce livre quelques années plus tôt, et surtout sans m’être dit qu’il s’agissait ici d’un thriller. Je sais que beaucoup d’entre vous l’ont aimé et à juste titre, ça reste un chouette bouquin. Malheureusement trop de schémas répétitifs et de clichés du genre pour quelqu’un qui lit beaucoup de romans dans le même style.

1 réflexion au sujet de “Cruelles – C. Clarke”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s