La Passe-Miroir, tome IV – C. Dabos

Hey, il est désormais temps de conclure avec cette saga. Comme vous l’avez remarqué, je vous ai plutôt bombardé avec cette dernière depuis le mois de décembre. En effet, je l’ai découverte après tout le monde, une fois que le dernier tome était paru. Un mal pour un bien, car je ne sais pas si je l’aurais autant apprécié à un autre moment et au moins, je n’ai pas eu à attendre.

La-Tempete-des-echos

A l’heure où j’écris cet article, je viens seulement de reposer le tome IV. Il est peut-être un peu tôt pour en parler, il serait sans doute préférable que je me pose, que je prenne le temps d’analyser tout ça, mais j’ai peur d’oublier des choses. J’ai posté un message sur Instagram et Twitter, mais je vais le faire ici également : Si vous avez lu le dernier tome, n’hésitez pas à m’envoyer un message, un mail, ce que vous voulez. Je crois que j’ai besoin d’en parler !

Je suis incapable de vous situer l’action. J’ai dévoré les deux derniers volets et je ne suis donc pas réellement certaine de ce qui se passe dans quel livre. Mais ici, l’action devient plus dense, parfois même plus difficile à comprendre, et elle est clairement au coeur de l’histoire. Les autres tomes (surtout 1-2) étaient plus introductifs pour nous mener petit à petit vers un final très explosif et concentré. Et d’ailleurs, c’est peut-être pour cela que je suis un peu perdue. Le tome 4 nous propose un univers de folie. Il est excessivement complexe et très riche, et je ne suis pas certaine d’avoir tout bien compris. J’ai l’impression d’avoir un mélange de toutes les informations en tête et de ne pas avoir les réponses à toutes les questions. Pire, j’ai l’impression d’avoir de nouvelles interrogations. L’auteure a cependant merveilleusement joué ses coups, je trouve, et elle maîtrise les codes à la perfection. Peut-être que scinder ce tome en deux aurait été plus digeste, de façon à répartir l’action et les réponses ? Je ne sais pas trop. 

Personnellement, je me pose encore beaucoup de questions. Sur l’univers de la saga, mais aussi sur la vie en générale, du coup, car j’ai l’impression que cette histoire m’a apporté quelque chose, mais je ne sais pas trop quoi. Elle a eu une empreinte sur moi, c’est certain, mais c’est très étrange. J’avais l’estomac un peu serré quand j’ai terminé le livre, et je ne sais pas si c’est à cause de la fin ou si c’est parce que j’ai dévoré l’histoire. Malgré tout, je n’arrive pas encore à prendre le recul suffisant pour pouvoir essayer de tout bien comprendre.

Pour ceux qui ont lu le livre, voici mes interrogations principales. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, je vous conseille de passer directement au paragraphe suivant. On se situe dans quelle époque (j’avais l’impression, quand ils parlaient de guerre, de me trouver durant la WW2 parce que mine de rien, ils n’ont pas une technologie très avancée dans cet univers, rien de futuriste ou de choses qu’on n’ait pas déjà. Ok il y a des choses un peu étranges, mais ça reste du fantastique sur ce point) ? Est-ce que du coup, quand on superpose et qu’on revient à la normale, on se trouve sur Terre ? Si l’envers et l’endroit sont à plat désormais, comment vont cohabiter les gens qui étaient dans l’envers, eux qui n’ont pas de pouvoir ? Ont-ils pu développer quelque chose là-dessus ? Nouvelles technologies, nouvelles familles … Ont-ils eu des enfants ? Ont-ils pu construire des bâtiments etc.. ? Les esprits de famille sont désormais mortels, mais leur a-t-elle rendu la mémoire ? Et si tout était divisé en arche, à cause de l’envers et de l’endroit, on finissait dans l’envers quand on tombait ? Bref, vous l’aurez compris : j’ai encore de nombreuses questions. 

J’ai dévoré ce tome plus encore que les précédents. Il était totalement prenant et j’étais incapable de le lâcher. J’avais besoin de réponses et de rester encore un peu dans cet univers. Raté du coup, puisqu’en lisant vite, j’en suis sortie rapidement. Pour parler un peu de la fin … je crois que je reste … pantoise ? Elle est superbe, il n’y a rien à redire, et je trouve que son petit côté mystérieux a du charme. Seulement, elle me rend incomplète. J’ai l’impression qu’il me manque quelque chose, et pas seulement des réponses. C’est un choix audacieux, car rares sont les auteurs à partir dans cette direction, mais je trouve qu’elle correspond réellement aux idées de Christelle Dabos, qu’elle la représente totalement. La fin devait être comme ça, je suppose et personnellement je l’accepte totalement, même s’il est vrai qu’elle m’a retourné le ventre ahaha !

Je suis assez partagée, au final, et ce tome n’est pas un coup de coeur. C’est en revanche une superbe lecture, qui complète bien cet univers. Comme plusieurs personnes l’ont remarqué, et je suis d’accord avec elles, les tomes 1-2 sont différents des tomes 3-4. Comme s’il y avait deux duologies en une saga. Dans les premiers, on nous présente des personnages qui s’effacent un peu trop par la suite, alors qu’on s’est attaché de fou à eux. On intègre petit à petit les clés de la future intrigue, sous forme d’anecdote ou de recherches de plus en plus poussées. L’univers est mignon, guilleret, et devient beaucoup plus sombre et mature dans les derniers tomes. J’aime beaucoup cette évolution, personnellement, et je comprends le rythme crescendo qui est employé dans la saga. De plus, l’auteure signe un univers extrêmement complexe et détaillé, elle a fait quelque chose d’assez impressionnant et il est normal, je pense, d’avoir à un moment quelque chose qui est plus oppressant et plus imprégnant, pour pouvoir conclure. On voit également une nette évolution dans la plume de Christelle Dabos et dans l’évolution de nos personnages, qui deviennent forcément plus matures également, vu la vie qu’ils doivent mener. Je reste donc clouée par l’exploit de l’auteure avec cet univers et les idées qu’elle a développées ici. C’est complexe, délicat, profond, tout à la fois.

Me voilà donc à la fin de cette aventure avec des attentes énormes quant aux prochaines parutions de Christelle Dabos. J’espère qu’elle ne s’arrêtera pas à cette saga, et j’aimerais beaucoup pouvoir la rencontrer et lui poser toutes les questions que j’ai encore en tête.  De plus, je serais vraiment ravie de pouvoir à nouveau plonger dans une de ses inventions. Cette saga a été une révélation pour moi, tandis que je partais avec des idées négatives à son sujet au départ. J’en suis désormais très attachée et c’est pourquoi, je vous la recommande à nouveau. Laissez-vous tenter !

5 réflexions au sujet de “La Passe-Miroir, tome IV – C. Dabos”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s