Il n’est si longue nuit – B. Nicodème

Bien le bonjour !

Dans le cadre du #bookstasorcier organisé sur Instagram (un challenge de lecture avec comme objectif une réduction de la PAL, dans lequel les lecteurs sont divisés entre les 3 écoles que l’on connait de l’univers magique de Harry Potter), je me suis dépêchée de lire ce petit roman de presque 400 pages. Bon .. ok, de base il n’était pas dans ma PAL, mais avant que la tâche (épreuve n°2 du challenge) ne commence, je suis allée faire un tour à la librairie et j’ai donc changé quelques livres …. Celui-ci faisait partie de la catégorie « Poudlard sous la neige » et qui faisait référence à la camaraderie.

51IbOt9eOIL._SX195_.jpgIl n’est si longue nuit se passe à Berlin en 1940-1941. Nous suivons différents jeunes allemands, certains adulant le régime en place, d’autres le combattant ou le subissant. Ce livre n’est pas une traduction, si bien que l’on peut apprécier la plume de l’auteure à sa juste valeur. Je me suis très vite sentie éprise par l’histoire. Je voulais connaitre davantage les personnages, naviguer avec eux dans cette ville embrumée de terreur et d’oppression. Le cadre historique est très bien expliqué sans pour autant être oppressif (dans le sens où on n’a pas un manuel d’histoire entre les mains). On entre dans cette période de l’histoire avec les mêmes craintes que les personnages, avec l’envie de savoir ce qu’ils vont devenir.

Je suis une véritable passionnée d’histoire (quand il était temps de choisir une voie d’orientation, j’ai très longuement hésité à me lancer dans l’anthropologie, mais mon amour premier pour le métier de vétérinaire l’a emporté), et j’aime donc beaucoup me plonger dans ces romans historiques qui ne sont malgré tout pas des pavés difficiles à lire. Ce livre m’a rapidement fait penser à « le sel de nos larmes » qui est lui aussi présenté sous forme de chapitre par personnage. Ici, l’histoire est divisée en mois, et les chapitres sont racontés d’un point de vue externe en suivant l’un des personnages. Ils se mêlent, se croisent, s’évitent … Finalement, on voit à quel point tout est bien plus complexe qu’en surface.

Si certains personnages me sont rapidement apparus comme des imbéciles finis, d’autres m’ont extrêmement touché. En chacun d’eux, il y avait une part d’obscurité et de lumière. Personne n’est infiniment bon ou infiniment méchant, et ce livre tient finalement à nous le rappeler. En quelque sorte, bien sûr. Je ne veux rien vous dévoiler, mais l’auteure s’est inspirée de réelles histoires, évidemment, et de personnes qui ont vraiment existé. Cette révélation m’a très rapidement tiré les larmes des yeux.

Si vous aimez l’histoire, ou que vous souhaitez en apprendre davantage sur cette sombre période, n’hésitez plus ! La plume est addictive, et on veut toujours en savoir plus, ne jamais s’arrêter avant d’avoir atteint le point final. C’est une magnifique découverte que j’ai pu faire aujourd’hui. Très sincèrement, il est rare que je reste aussi « tendue » après une lecture, que je n’arrive pas à me l’ôter de la tête. En général, je me plonge dans un autre univers. Mais là, j’ai envie d’en découvrir plus, autant que la part de cette auteure que de cet éditeur dont j’ai vu passer quelques titres qui me parlent bien !

Puis, mine de rien, il faut l’avouer : la couverture est quand même vachement sympa !

5 réflexions au sujet de “Il n’est si longue nuit – B. Nicodème”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s